Ejaculation féminine : légende ou réalité ?

Les femmes qui l’ont vécue la décrivent comme une expérience incroyable, presque au bord de l’extase et de l’abandon des sens. Et puis il y a ceux qui ne peuvent tout simplement pas penser que ça peut être réel (après tout, jusqu’à il y a quelques années, si ce n’est pour un film pornographique, on pensait vraiment que c’était juste une légende) et que c’est simplement l’urine qui sort après la relaxation causée par l’orgasme. En fait, ce n’est rien de tout ça.

Qu’est-ce qui gicle ?

L’éjaculation féminine, mieux connue sous le nom anglais de ‘squirting’, existe bel et bien. Et, apparemment, c’est beaucoup plus simple que vous ne pouvez l’imaginer : ce n’est pas seulement une représentation de l’orgasme féminin ou la libéralisation du plaisir de la femme qui a décidé de récupérer son orgasme, lâcher prise complètement. Pour arriver à gicler, cependant, vous devez être capable de stimuler certains points spécifiques du vagin. Mais comment le faire ?

Comment réaliser l’éjaculation féminine

Peut-être que même nous, les femmes, ne savons pas exactement comment procéder parce que les données parlent d’elles-mêmes : selon une étude réalisée par Pornhub sur les vidéos les plus cliquées, en haut du classement, l’éjaculation féminine arrive en première position, avant le sexe lesbien. Mais, à partir de cette recherche, de nombreux doutes et questions se posent. Tout d’abord, comment faites-vous ? Et puis, d’où éjacule-t’on ? Du vagin ? Des lèvres ou de l’urètre ? Pourquoi certaines femmes, au moment de l’orgasme, émettent-elles ce liquide ?

Voici comment l’arrosage se produit

Lorsque vous éjaculez, c’est comme si vous ressentiez une forte envie d’uriner. Au moment de l’orgasme (il peut être clitoridien ou vaginal), vous ressentez une tension croissante qui se libère à l’apex, ce qui produit le moment réfractaire classique. Oui, parce qu’il a été démontré que les femmes aussi peuvent éjaculer, tout comme les hommes. Et gicler n’est rien de plus que l’émission d’un liquide blanchâtre (et parfois légèrement laiteux) de l’urètre pendant les rapports sexuels.

Les femmes qui giclent ont une capacité très rapide de la part de la vessie à se remplir de liquide et à l’émettre au moment de l’orgasme, avant que ce liquide se concentre et se transforme en urine à partir du rein : c’est une sorte de réflexe inconditionnel qui se produit en stimulant la partie initiale du vagin, dans la paroi avant, où repose la vessie.